Livraison Mondial Relay offerte dès 59,90€ *
-20% sur la sélection du coach avec le code COACH20

Probiotiques et Prébiotiques : pourquoi en prendre ?

Pour commencer, il est utile de savoir qu’il y a dix fois plus de bactéries dans notre corps que de cellules, et que la plupart de ces bactéries se trouvent dans nos intestins. Les probiotiques font partie de ces bactéries qui colonisent notre système digestif. Les prébiotiques, quant à eux, sont un type de fibres peu digestibles qui nourrissent les bactéries probiotiques.
La consommation d’aliments et de suppléments riches en probiotiques est réputée pour améliorer la santé du système digestif. Mais, plus récemment, des recherches ont relevé que tout notre système immunitaire dépendait de ces bactéries bénéfiques, mais pas que. Il semblerait qu’elles soient également impliquées dans la perte de poids. Pro et pré-biotiques : quels sont leurs bénéfices concrets sur la santé et la composition corporelle ?

Les probiotiques : qu’est-ce que c’est ?

Les probiotiques sont des organismes vivants aux multiples bénéfices pour la santé. La plupart de ces micro-organismes sont essentiellement des bactéries, mais elles peuvent aussi être composées de levures. Les probiotiques sont présents dans le colon et forment notre microbiote, ou flore intestinale. Notre flore est tellement importante pour notre santé que les médecins la nomment "l’organe oublié".

Les différents types de probiotiques

Il existe des dizaines de variétés de probiotiques. Des études plus poussées sont nécessaires pour déterminer quels probiotiques sont indiqués pour traiter des pathologies bien précises, mais les suppléments habituels, qui contiennent plusieurs souches de ces bactéries, semblent agir en synergie pour restaurer la flore intestinale, renforcer le système digestif, booster le système immunitaire et même aider à la perte de poids.

Les 3 souches les plus étudiées de probiotiques sont :

  • Bifidobacterium
  • Lactobacillus
  • Saccharomyces boulardii (levure)

 

Les suppléments de probiotiques sont généralement composés de plusieurs souches stabilisées de différents types de Lactobacillus, dont le L. Gasseri, et de Bifidobacterium.

On trouve également les probiotiques dans certains aliments fermentés :

  • Le yaourt
  • Le kéfir
  • Le kombucha
  • Le tempeh
  • Le miso
  • Certains fromages (comme le Gouda)

La santé digestive

Notre flore intestinale se situe dans notre colon, ou gros intestin, soit dans la dernière partie de notre tube digestif. Ce microbiote est très important pour notre santé, et ses activités métaboliques sont semblables à celles d’un organe. Raison pour laquelle notre flore est aussi appelée "l’organe oublié". La métabolisation des vitamines, dont la vitamine K et les vitamines B, a lieu dans notre flore intestinale. Aussi, les bactéries qui y sont présentes transforment les fibres en acides gras à courte chaîne, qui renforcent les parois intestinales en plus de stimuler le système immunitaire.

Les probiotiques sont efficaces contre les diarrhées, notamment lorsqu’elles sont provoquées par la prise d’antibiotiques. Ces traitements tuent les bonnes bactéries présentes dans nos intestins, ce qui facilite la prolifération de mauvaises bactéries, d’infections et inflammations.

Les probiotiques sont aussi efficaces pour traiter la constipation, le syndrome de l’intestin irritable, mais aussi les complications liées à la maladie de Crohn, aux colites ulcéreuses, et aux infections à Helicobacter pilori.

La plupart des troubles digestifs peuvent être allégés ou éradiqués par la prise de suppléments de probiotiques ou d’aliments en contenant.

Le système immunitaire

En équilibrant le microbiote et en renforçant les parois de notre tube digestif, les probiotiques renforcent naturellement notre immunité. Aussi, il a été noté que certains probiotiques facilitent la production d’anticorps et stimuleraient certaines cellules immunitaires telles que les lymphocytes T et les cellules tueuses naturelles.

Dans une étude, les chercheurs ont relevé que la prise de probiotiques réduisait la durée des infections respiratoires et des infections urinaires.

Probiotiques et perte de poids

La consommation de probiotiques et la prise de suppléments en contenant seraient liés à une meilleure composition corporelle. En effet, selon certaines études, les probiotiques réduiraient l’absorption de certaines graisses dans les intestins. Elles sont ainsi expulsées avec les selles au lieu d’être stockées sous forme de graisse corporelle.

Aussi, les probiotiques augmentent la satiété, optimisent la combustion des calories et réduisent le stockage des graisses. Ceci est dû à une augmentation des taux de certaines hormones comme la GLP-1 (Glucagon-Like Peptide 1).

Mais les probiotiques pourraient aussi brûler directement la graisse. Dans une étude menée sur des femmes suivant un régime amincissant, celles qui avaient consommé du Lactobacillus rhamnosus pendant 3 mois avaient perdu 50% de poids supplémentaire par rapport au groupe qui n’en n’avait pas consommé.

Des études plus récentes menées au Japon ont relevé que la supplémentation en Lactobaccillus gasseri facilitait la perte de poids, réduisait l’appétit et le taux de graisse abdominale.

La Team te recommande

Une action ciblée sur la graisse abdominale ?

Il semblerait que certains probiotiques puissent cibler spécifiquement les graisses abdominales. Dans une étude menée sur 210 personnes, la prise de doses minimales de Lactobacillus gasseri pendant 12 semaines a réduit le tour de taille des participants de plus de 8,5%. Toutefois, tous ont repris du poids 4 semaines après avoir stoppé la supplémentation.

Cette réduction du tour de taille est liée à une meilleure absorption des nutriments, à une meilleure sensibilité à l’insuline et à une absorption réduite des graisses dans les intestins. Il va sans dire que consommer des aliments riches en probiotiques et se supplémenter à intervalles réguliers tout au long de l’année est clairement favorable à la perte de poids et à la réduction du tour de taille.

L’importance des prébiotiques

Les prébiotiques ne sont pas des organismes vivants et ne doivent pas être confondus avec les probiotiques. On appelle prébiotique une fibre que nous ne pouvons pas digérer et dont les bactéries probiotiques se nourrissent. Pour stimuler la prolifération des bactéries probiotiques dans notre flore intestinale, il ne suffit pas d’en consommer, il faut aussi les nourrir !

Les fibres prébiotiques sont présentes dans de nombreux aliments comme :

  • La chicorée (riche en inuline)
  • La feuille de pissenlit (inuline)
  • L’ail (inuline et fructo-oligosaccharides (FOS))
  • L’oignon (inuline et FOS)
  • La banane peu mûre (inuline)
  • L’orge (bêta-glucanes)
  • L’avoine (bêta-glucanes)
  • La pomme (pectine)
  • Le konjac (glucomannane)

 

Vous l’aurez compris, toutes les sources alimentaires contenant des fibres peu digestibles sont de bonnes sources de prébiotiques car leurs fibres arrivent intactes dans le colon et peuvent ainsi alimenter nos bonnes bactéries.

Aussi, les fibres prébiotiques à elles seules améliorent l’absorption du calcium et le métabolisme des hydrates de carbone.

Pourquoi prendre des probiotiques ?

Une alimentation riche en probiotiques est un facteur favorisant de la santé et du bien-être.

La plupart des désordres digestifs, maladies auto-immunes et métaboliques peuvent être allégés ou disparaître à l’aide de probiotiques.

Aussi, se supplémenter avec certains probiotiques peut faciliter la perte de poids et réduire la graisse abdominale.

Pour les sportifs, les probiotiques sont une solution de première ligne pour réduire les risques de tomber malade, mais aussi et surtout pour améliorer la digestion et l’assimilation des aliments, des vitamines, minéraux et antioxydants nécessaires à la performance, au développement musculaire et à la récupération.

À lire également

Superfoods : ces aliments qui peuvent vous changer la vie

Mangez des fibres pour améliorer votre construction musculaire

Des aliments qui brûlent la graisse ?

Comment perdre le bas du ventre ?

 

Sources :

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0092867412001043

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1500832/

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25273884/

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21226616/

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23981066/

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1756464612001399

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25339255/