Service client
04 42 12 55 66
Livraison express en 24h
si commande passée avant 16h
+ de 100 000 clients satisfaits
chaque année
Menu
Mon
panier
0
  • Votre panier est vide.

"The Game Changers": doit-on arrêter de manger de la viande?

Publié le 14 novembre 2019
"The Game Changers": doit-on arrêter de manger de la viande?

Vous avez sans doute entendu parler ou déjà visionné le documentaire Netflix "The Game Changers", ou même scruté les nombreuses vidéos polémiques sur le sujet disponibles sur le net. Dans les grandes lignes, ce documentaire narratif développe sur la nécessité de ne plus du tout consommer de viande, ni de produits animaux. Pour la santé, les performances sportives et l’environnement. Depuis sa sortie, nombre de sportifs se sont convertis au véganisme, un virage au frein à main qui est loin de faire l’unanimité parmi les professionnels de la santé et du monde sportif. Doit-on vraiment cesser de consommer de la viande ? Est-elle néfaste pour la santé et les performances ? Le régime 100% végétal est-il la solution pour une meilleure santé ?  

"The game changers" : présentation

"Aux côtés de chercheurs visionnaires et d’athlètes d’élite, un combattant de MMA découvre l’alimentation optimale pour la santé et les performances sportives". Voici la synopsis proposée par Netflix, ou une entrée en matière réussie et suffisamment racoleuse, d’autant plus que des invités prestigieux composent la distribution de ce film : Arnold Schwarzenegger, Lewis Hamilton et James Wilks, le narrateur.  Et, parmi les producteurs exécutifs, James Cameron, réalisateur de "Terminator".
James Wilks, combattant en arts martiaux mixtes, décide de se lancer dans des recherches après une grave blessure. Comment optimiser sa guérison par le biais de l’alimentation ? Ses recherches le mènent vers le régime vegan, qui ne contient plus aucune trace de produits animaux : lait, œufs, viande, etc. Le véganisme serait donc, selon lui, le meilleur type d’alimentation pour l’être humain, tant pour la santé, que les performances sportives et la récupération musculaire. Autant vous dire que le constat tombe comme un pavé dans la mare.

Arnold Schwarzenegger dans the Game Changers.

Sur quels faits s’appuie James Wilks ?

James Wilks, combattant de MMA

Les gladiateurs étaient végétariens

James Wilks découvre que les gladiateurs s’alimentaient majoritairement de végétaux, et qu’ils disposaient d’une densité osseuse exceptionnelle qui les rendait très forts et très robustes. Cela voudrait donc dire que se nourrir exclusivement de plantes nous rendrait plus forts, tant sur le plan musculaire qu’osseux. Seulement, si les gladiateurs étaient effectivement majoritairement végétariens, ils consommaient de la viande ou du poisson s’ils en avaient à disposition. Que les gladiateurs aient dû se nourrir de produits végétaux lorsqu’ils ne pouvaient pas manger de viande ou de poisson peut difficilement être interprété comme du véganisme, ni même du végétarisme.

La viande rend plus fort et donne plus d’énergie : la fin d’un mythe ?

Un rapide tour d’horizon sur les gros mangeurs de viande nous décrit un McGregor ultra carnivore, qui mange du steak du petit déjeuner et dîner, et qui perd un combat face à un adversaire végétarien. Nous avons aussi Arnold Schwarzenegger, qui dénonce les campagnes marketing des abattoirs pour nous pousser à manger toujours plus de viande (à noter qu’Arnold est végétarien, et non végane).
Enfin, un brief sur l’énergie, exposé par un médecin et qui fait vraiment mal aux oreilles, en tout cas pour ceux qui ont quelques notions de diététique.
"La viande est moins énergétique que les glucides, et les sportifs doivent manger moins de viande et plus de glucides". Les sportifs le savent déjà. C’est pour cette raison que quand ils ont besoin d’énergie, ils se tournent vers des sources d’hydrates de carbone, et non de protéines. Les protéines ne sont pas une source d’énergie prioritaire pour notre organisme, mais un constituant (entre autres) du tissu musculaire. Ou comment enfoncer des portes ouvertes : issues des végétaux ou d’origine animale, les protéines ne sont pas des aliments foncièrement intéressants d’un point de vue énergétique.

Les légumes améliorent la production de nitrates

En favorisant la dilatation de l’endothélium, les aliments végétaux favorisent une meilleure oxygénation et une meilleure utilisation des nutriments par les fibres musculaires et le cœur. Mais cela veut-il dire qu’il faille s’alimenter exclusivement de végétaux ? Les recherches sur le sujet tendent à démontrer qu’une consommation régulière de fruits et légumes augmentent effectivement les taux de nitrates, mais jusqu’à une certaine valeur. Ne manger que des produits végétaux n’augmentera pas plus votre production naturelle de nitrates. Ni le fait de réduire proportionnellement votre consommation de protéines animales.

Entre l’herbe et nous, les animaux ne sont que des intermédiaires

Oui, il semblerait que n’ayons pas besoin de manger de viande, puisque les vaches et les poules n’en mangent pas et qu’elles produisent tout de même des protéines. Cet argument est certes percutant, mais un peu trop. Savez-vous quelle quantité d’herbe mange une vache par jour ? 70kg ! Et sommes-nous des ruminants comme elles ? Non. Notre système digestif est plus long, ce qui nous permet de manger des aliments provenant des animaux et des végétaux. Le tube digestif des animaux végétariens très volumineux comme le sont les vaches, les girafes ou les gorilles n’a rien à voir avec le nôtre. Ils sont programmés pour digérer, de façon optimale, tous types de végétaux, y compris des types de fibres alimentaires que nous ne pourrions même pas mâcher.

Les performances sexuelles, l’argument qui interpelle

Un médecin décide de faire un test sur 3 jeunes sportifs en bonne santé, consommateurs de fast-foods, de poulet frit et d’aliments transformés. Le test en lui-même est difficile à évaluer car aucune recherche n’est disponible sur cette étude, mais selon le médecin les 3 jeunes hommes ont eu plus d’érections nocturnes après un repas végétarien, et aussi un élargissement de la circonférence de leur pénis durant ces érections. Seulement, le médecin admet, à la fin de l’entretien, qu’il s’agit "d’une étude non validée, mais intéressante". S’il est vrai qu’une meilleure sexualité est un effet secondaire direct d’une alimentation équilibrée, aucune étude n’appuie le fait qu’une alimentation végétale optimiserait les taux de testostérone et la qualité des érections. De plus, la recherche est claire à ce sujet : les phytoestrogènes présents dans le soja, si consommés régulièrement, provoquent des troubles de l’érection et de la fertilité.

Des sportifs qui voient leurs performances exploser

Nous avons une cycliste sur piste, un homme fort et quelques bodybuilders ayant adopté une alimentation végane. Selon leur expérience, leur alimentation a décuplé leurs performances, et a nettement amélioré leurs marqueurs de santé (diabète, cholestérol, inflammation, etc). D’un point de vue purement énergétique, il est utile de savoir qu’une alimentation végétarienne ne nuit pas directement au métabolisme énergétique, puisque les féculents ne sont pas d’origine animale. Mais il est aussi utile de préciser que ces sportifs consomment, en plus de leurs légumes, tout un arsenal de compléments alimentaires qui ne sont pas vraiment "naturels", et qu’ils peuvent ainsi obtenir suffisamment de protéines, de vitamines et de minéraux pour bâtir leur masse musculaire et performer malgré un régime exclusivement végétal. Nous en arrivons aux produits transformés 100% véganes…

Le véganisme : une alimentation naturelle ?

Alimentation vegane transformée

Ce qui frappe dans ce reportage, c’est la vigueur avec laquelle chacun de ces acteurs défend le véganisme, et tout le marketing qui en découle. Si la propagande pour la viande a su nous convaincre que les vrais hommes devaient manger de la viande, comme le souligne Arnold Schwarzenegger, la tendance végane nous délivre à peu près le même discours.

 

Les produits végétaux transformés

On peut voir dans ce documentaire une équipe de sportifs aux gabarits assez imposants se régaler avec des cheeseburgers, des lasagnes, des cuisses de "faux" poulet, de "faux" steaks hachés et autres aliments transformés issus du soja, du pois ou autres légumineuses. Et lorsque l’on voit ces burgers à la "fausse viande" et ces déclicieuses lasagnes au "faux" fromage, on se dit qu’après tout on peut très bien se passer de la viande puisque l’on peut déguster des plats tout aussi goûteux. On en oublierait presque le principe du véganisme : une alimentation végétale, naturelle et santé. Inutile de préciser que les ingrédients utilisés pour concocter ces plats ont été largement transformés pour donner un résultat aussi satisfaisant. Mais bizarrement, ce documentaire ne fait pas mention des produits transformés, industriels, et à tous les additifs utilisés pour donner à ces produits d’origine végétale une allure "animale".

Le point sur l’environnement

L’élevage intensif a ses conséquences sur l’environnement et c’est un fait, les Américains consomment trop de viande. Mais cela veut-il dire qu’il faille la bannir de notre alimentation pour sauver la terre ? Un peu de bon sens. Si les espaces réservés à l’élevage sont transformés en champs de maïs, de soja ou de pois, l’impact sur l’environnement est tout aussi réel. La pollution, l’irrigation, l’usage de véhicules à moteur, ne sont pas beaucoup moins néfastes pour l’environnement que des champs de vaches. À moins de réserver ces espaces à une agriculture responsable, bio, donc incompatible avec rendement et profit.

L’alimentation végétale en question

À la lecture de cet article vous pourriez être amené à penser que nous sommes une équipe de carnivores allergiques aux légumes. Vous avez tort, car nous écrivons depuis des années sur la nécessité de manger plus de légumes verts, de fruits de saison, de baies, de noix, de supers aliments tels que l’avocat, la myrtille ou la patate douce. Ces aliments apportent non seulement une grande quantité de fibres, mais ils regorgent également d’acides gras, de minéraux et de vitamines facilement absorbables par le corps. Aussi, nous étudions depuis longtemps les effets des régimes végétariens sur le corps, la santé et les performances sportives. Ce que nous avons pu en déduire, c’est que ce choix alimentaire doit se faire sur des bases réelles, après mûre réflexion et une documentation millimétrée sur le sujet. L’humain est omnivore par nature, et peut donc consommer de la viande. Son tube digestif digère parfaitement ces protéines, surtout si elles sont issues de l’agriculture biologique et que la durée de conservation de la viande entre l’abattage et la consommation est suffisamment courte (moins d’une semaine).


S’orienter vers une alimentation exclusivement végétale implique :

  • Des connaissances poussées en diététique

  • Une grande variété d’aliments à consommer

  • De connaître les teneurs nutritionnelles des aliments

  • De consommer suffisamment de protéines végétales

Alimentation végétale en question

 

Les bienfaits réels du véganisme sur la santé

Le véganisme se distingue du végétarisme : les végétariens peuvent consommer des œufs et des produits laitiers, tandis que les personnes véganes bannissent absolument tous les produits animaux. Par souci d’éthique, par croyance religieuse, ou pour être en meilleure santé. Mais supprimer les protéines et graisses animales de son alimentation est-il le meilleur moyen de rester en bonne santé ?

Les personnes qui suivent un régime végétal se sentent généralement en meilleure forme, ont un meilleur sommeil, ont meilleure mine et voient leur état de santé s’améliorer. Cela provient essentiellement du fait qu’ils sont passés d’une alimentation déséquilibrée, riche en graisses saturées, en alcool et sucres raffinés, à une alimentation moins calorique, plus riche en fibres et nutriments essentiels. Cependant, aucune étude n’appuie, encore aujourd’hui, les bienfaits réels d’une alimentation végétale tout au long de la vie. Certaines personnes peuvent y trouver des bénéfices réels après une grosse perte de poids, des problèmes de santé, tandis que d’autres souffriront de carences, de troubles digestifs, et ne pourront pas s’y adapter. Le végétarisme, qui autorise les produits laitiers et les œufs, serait vraisemblablement la forme d’alimentation responsable la plus optimale pour une meilleure santé.

Quelle attitude adopter ?

Alimentation idéale pour la santé

Dr David Katz en fait le résumé en fin de reportage. Et nous ne pourrions dire mieux : "Durant des décennies, on a cru que les œufs étaient mauvais pour la santé. Puis non. Puis le beurre est redevenu un aliment sain. On ne sait pas vraiment où on en est sur les graisses et les glucides, car on nous raconte une nouvelle histoire tous les jours. Mais où le consensus est général, c’est sur la présence de végétaux dans notre alimentation". Selon Katz, les deux tiers de notre alimentation devraient être d’origine végétale. Cela constitue donc le ratio idéal : 1/3 de légumes, 1/3 de féculents à index glycémiques bas, 1/3 de protéines.

 

Ce que nous devrions retenir de ce documentaire :

  • Nous pouvons nous nourrir exclusivement de végétaux.

  • Une alimentation plus riche en aliments végétaux est bonne pour la santé.

  • Une alimentation plus riche en fruits, légumes et produits naturels améliore les performances sportives.

  • Manger plus de végétaux réduit les risques de maladies graves.

  • Manger plus de fruits, légumes et aliments naturels permet de vieillir mieux.

    Ce que nous devrions éviter de croire

  • La viande est mauvaise pour la santé.

  • Aucune source de protéine animale n’est correctement assimilée par l’homme.

  • Que nous pouvons nous nourrir comme des ruminants et que les animaux ne sont que des intermédiaires entre les végétaux et nous.

  • Que les protéines animales nuisent aux performances sexuelles.

  • Que le véganisme augmente les performances sportives.

  • Que l’alimentation végétale est la solution pour sauver la planète.

  • Que les aliments transformés véganes sont bons pour la santé.

Faut-il regarder "The Game Changers" ?

Cette superproduction aux arguments percutants peut être regardée par tout type de public et délivre des informations intéressantes sur la santé, le corps et les performances. Aussi, elle met en lumière les bienfaits d’une alimentation riche en végétaux et souligne les limites de la surconsommation de viande et ses dangers pour la santé. Seulement, considérant que l’équilibre se situe à égale distance entre les deux extrêmes, ce documentaire pêche par son manque d’études sérieuses et par une propagande douteuse sur les bienfaits réels d’un régime exclusivement végétal.

 

Netflix Game Changers

 

 

 

À lire également


Les aliments les plus riches en protéines végétales

Les protéines végétales complètes

Mangez des fibres pour votre construction musculaire

L’alimentation pour maigrir

 

 


Sources :

Vegan Diet, Subnormal Vitamin B-12 Status and Cardiovascular Health, by Kam S. Woo Timothy C.Y. Kwok and David S. Celermajer

Comparison of Nutritional Quality of the Vegan, Vegetarian, Semi-Vegetarian, Pesco-Vegetarian and Omnivorous Diet by Peter Clarys,Tom Deliens, Inge Huybrechts, Peter Deriemaeker, Barbara Vanaelst , Willem De Keyzer, Marcel Hebbelinck, and Patrick Mullie

Vegan Diet-Based Lifestyle Program Rapidly Lowers Homocysteine Levels -David J.DeRose M.D.

https://www.thevintagenews.com/2019/02/05/vegetarian-gladiators/

Nutrition Concerns and Health Effects of Vegetarian Diets, Winston John Craig PhD, RD

Plant-Based Diets: Considerations for Environmental Impact, Protein Quality, and Exercise Performance, by Heidi Lynch, Carol Johnston andChristopher Wharton

https://firstendurance.com/vegan-diets-athletic-performance/


Fidélité recompensée Cumulez des crédits fidélités et recevez un chèque fidélité dans votre compte client.
Livraison Express en 24h Par Chronopost si commande passée avant 16h hors we et jours fériés
Livraison Gratuite Par Mondial Relay à partir de 59,90€ en France Métropolitaine et Belgique
+100 000 clients satisfaits chaque année Site noté « Excellent » par nos clients sur Avis Vérifiés