Service client
01 47 01 25 25
Livraison gratuite en 24h
si commande passée avant 16h
+ de 100 000 clients satisfaits
chaque année
MENU
6 185 références / 161 158 produits en stock
Mon panier 0
  • Votre panier est vide.
Ma recherche
Alimentation Publié le 6 octobre 2015

Idée reçue : toutes les calories se valent, peu importe d'où elles viennent


woman-with-fruit-and-junk-food-on-the-table

On l'entend souvent, "une calorie est une calorie". C'est faux. Non, toutes les calories ne se valent pas, chaque source de calories ayant son impact propre sur l'organisme.
En effet, différents aliments provoquent différents retours métaboliques et ont un effet direct sur la perte de graisse, ainsi que les hormones et les récepteurs du cerveau, régulateurs de l'appétit.

L'exemple de la protéine : elle coupe l'appétit et fait consommer moins de calories 

Une alimentation riche en protéines peut élever le métabolisme de 80 à 100 calories par jour et réduire l'appétit de manière significative. Dans une étude récente, une diète riche en protéines a fait baisser l'apport calorique des personnes concernées d'en moyenne 441 calories/jour. Ces personnes ont aussi perdu 5 kg en 12 semaines, uniquement en ajoutant des protéines à leurs repas ! Voici l'étude en question : http://ajcn.nutrition.org/content/82/1/41.abstract

L'exemple du fructose vs glucose

Les deux sucres simples principaux sont le glucose et le fructose. Ces deux sucres sont presque identiques et ont la même formule chimique. Mais dans votre organisme, ils travaillent différemment. Le glucose peut etre métabolisé par tous les tissus organiques tandis que le fructose ne peut être métabolisé que par le foie, et en quantité limitée.

 

glass-full-of-sugar-cubes

 

Voici quelques exemples flagrants de cette comparaison :

La ghreline est l'hormone de la faim. Elle augmente logiquement quand on a faim et diminue lorsque l'on a mangé.

Le fructose augmente les taux de cette hormone de manière significative par rapport au glucose.

Le fructose ne stimule pas les récepteurs de la satiété dans le cerveau de la même façon que le glucose, menant à la réduction de la satiété.

Une haute consommation de fructose mène à la résistance à l'insuline, au diabète et à l'augmentation des triglycérides.