Service client
01 47 01 25 25
Livraison gratuite en 24h
si commande passée avant 16h
+ de 100 000 clients satisfaits
chaque année
MENU
1 549 références / 65 907 produits en stock
Mon panier 0
  • Votre panier est vide.
Ma recherche
Supplémentation

Hormones et prise de muscle


Publié le 9 septembre 2013

Lorsque l'on parle des hormones en musculation, beaucoup pensent immédiatement au dopage. Pourtant la compréhension du fonctionnement de nos hormones est importante pour arriver à avoir les meilleurs résultats possibles, sans avoir recours à des méthodes illégales. Le muscle n'étant pas toujours facile à construire, il est nécessaire de mettre toutes les chances de votre côté en apprenant à booster vos hormones à travers l'entraînement et la nutrition !

1) La testostérone

L'hormone la plus célèbre en musculation est sans doute la testostérone. En effet, elle a un rôle majeur dans la prise de masse musculaire, mais également dans la perte de gras. Avoir des niveaux naturellement élevés de cette hormone est bénéfique à la fois pour le sport et la santé. La testostérone est l'hormone mâle, produite en majeure partie par les testicules. Elle a pour effet d'augmenter la synthèse protidique et donc d'accroître la prise de masse musculaire, mais aussi de réduire la masse grasse. La testostérone est un dérivé du cholestérol, raison pour laquelle augmenter sa consommation de bonnes graisses va permettre d'accroître également le taux de testostérone. Il est ainsi conseillé de conserver une quantité suffisamment importante de bons lipides dans son alimentation. Il est également impératif d'avoir un repos suffisant pour que la production de testostérone ne soit pas entravée. Le manque de sommeil ou le surentraînement - qui survient lorsqu'on laisse trop peu de temps au corps pour récupérer d'une sollicitation musculaire intense - vont fortement réduire le niveau de testostérone. Il est également important de manger plus que votre besoin calorique. En période de privation, la quantité de testostérone dans le corps baisse fortement, et il est impossible de prendre de la masse musculaire ! C'est pourquoi en phase de sèche, il est encore plus utile d'intégrer un stimulateur hormonal à son programme nutritionnel. Cela permet de conserver un bon niveau hormonal même en période de réduction calorique.

2) L'hormone de croissance et l'IGF-1

Cette hormone à un effet anabolisant (construction de masse musculaire) et un effet brûle-graisse. Elle a aussi un rôle dans la métabolisation des protéines, des glucides et des lipides. L'IGF-1 est une hormone produite par le foie et dépendante du niveau d'hormone de croissance ; c'est une hormone qui véhicule les effets de l'hormone de croissance. Sans elle, l'hormone de croissance serait bien moins efficace et, sans hormone de croissance, il n'y aurait pas d'IGF-1 ! L'IGF-1 va stimuler les cellules satellites qui se trouvent près des muscles stimulés par l'entraînement et qui vont permettre d'accélérer la récupération. Ces cellules vont ensuite se transformer pour accroître la masse musculaire. L'hormone de croissance étant sécrétée principalement pendant les périodes de sommeil, il est important de bien dormir ! Le corps récupérera mieux et vos niveaux hormonaux seront plus élevés. Et, si les niveaux d'hormone de croissance augmentent, ceux d'IGF-1 aussi ! Il est également possible de booster ses niveaux d'hormone de croissance en effectuant régulièrement des efforts cours et intenses : donc de la musculation ! Il est important de soulever des charges lourdes et de faire des séries courtes (moins de 15 répétitions) en prenant suffisamment de temps de récupération entre les séries pour pouvoir réitérer une série de même intensité. Ces types d'efforts vont aussi fortement stimuler les muscles et ainsi permettre de déclencher un plus fort anabolisme. Pensez aussi à manger suffisamment : au régime, l'hormone de croissance aide à perdre du poids, mais, en situation d'excédent calorique, elle aide à prendre plus de muscle. Certains compléments peuvent aussi être utilisés pour booster la production d'hormone de croissance comme l'ornithine, l'arginine et le zinc (contenus dans le Testo HT par exemple) qui augmentent fortement les taux d'hormone de croissance durant la nuit quand ils sont pris au coucher, ou durant l'entraînement quand ils sont pris avant celui-ci.

3) L'insuline

On parle surtout d'insuline lors d'un régime, mais il ne faut pas oublier que cette hormone a un rôle majeur dans la gestion énergétique du corps, ce qui a également son importance lors d'une prise de masse ! L'insuline est une hormone sécrétée après l'ingestion de glucides mais aussi... de protéines ! L'effet anabolique de l'insuline est bien connu. En effet, l'anabolisme étant la création de tissus, l'insuline a une action sur le stockage des graisses mais aussi sur la construction du muscle. Elle a plus précisément un effet anti-catabolique pour le muscle, c'est-à-dire qu'elle stoppe la destruction musculaire suite à l'entraînement et permet ainsi de relancer plus rapidement la récupération et la construction du muscle. Il est généralement conseillé d'ingérer des glucides après l'entraînement pour induire le plus gros pic possible d'insuline, par le biais d'un Gainer. Une dose de 40g de Whey permet également d'atteindre le seuil d'efficacité de l'insuline. En conclusion, pour avoir de bons niveaux hormonaux inhérents à la prise de muscle, il est conseillé de manger suffisamment, la croissance musculaire étant impossible en restriction calorique du fait du manque d'énergie et de la baisse des hormones anabolisantes. Il est également capital de bien dormir et de prendre suffisamment de repos entre les séances. Enfin, pensez à manger suffisamment de bonnes graisses, et des vitamines et minéraux pour favoriser votre production hormonale. L'alimentation autour de l'entraînement est particulièrement importante. La consommation de compléments spécifiques tels que le Testo HT, le Tribulus 7000, ou le ZMA Advanced est également utile pour apporter à votre corps tout ce dont il a besoin.