Service client
01 47 01 25 25
Livraison gratuite en 24h
si commande passée avant 16h
+ de 100 000 clients satisfaits
chaque année
MENU
1 515 références / 67 674 produits en stock
Mon panier 0
  • Votre panier est vide.
Ma recherche
Nutrition

Pourquoi les glucides sont-ils importants en phase de sèche ?


Publié le 2 septembre 2014

seche


Les glucides ont un impact significatif sur la stimulation de la thyroïde, la production de leptine (hormone de la satiété) et l’accélération du métabolisme.

C’est l’une des raisons pour lesquelles on incorpore des périodes de « recharge » en phase de sèche pour réveiller le métabolisme ralenti et la production hormonale.

L’un des autres éléments à considérer c’est le maintien de la masse musculaire. Quand une personne se met à sécher, elle essaye de perdre du tissu adipeux tout en conservant le maximum de masse musculaire. Cependant, une autre raison pour maintenir un apport en glucides élevé pendant votre sèche c’est leur potentiel à amener les protéines dans les muscles. Ceci est crucial afin de garder le muscle durant des périodes faibles en énergie puisque le glucose agit comme source d’énergie et limite la quantité d’acides aminés qui sont métabolisés pour l’énergie. De plus, l’insuline est l’hormone la plus anabolique et les glucides en sont les précurseurs. De nombreuses études ont confirmé que la réponse des muscles à une dose d’acides aminés peut être significativement améliorée par l’élévation de l’insuline.

La manière la plus prudente d’aborder la sèche est donc de garder les glucides dans son alimentation. S’ils ne sont pas utilisé en continue, les intégrer de façon ponctuelle lors de recharges ou en les cyclant (2 jours bas ou sans glucides pour 1 jour haut).

Cycler les glucides est relativement intuitif. Il suffit de jouer avec l’apport en glucides en fonction des jours choisis. La théorie se base sur la capacité de "tromper" notre corps pour maintenir la masse musculaire et perdre la graisse quand nous varions la quantité glucidique consommée au quotidien.

Jours sans glucides : rien de glucidique hormis des légumes et certaines sources de lipides qui en contiennent (<5% de l’apport calorique total).

Jours bas en glucides : En règle générale, cela consiste à prendre 1.1 g de glucide par kilo de poids de corps.

Jours hauts en glucides : Ces jours dits de « recharge » sont les temps forts de votre sèche. Il est préférable d’ingérer au moins 3.3 g de glucides par kilo de poids de corps.