Service client
01 47 01 25 25
Livraison gratuite en 24h
si commande passée avant 16h
+ de 100 000 clients satisfaits
chaque année
MENU
1 515 références / 67 674 produits en stock
Mon panier 0
  • Votre panier est vide.
Ma recherche
Idée reçue

Idée reçue : les glucides en fin de journée font prendre de la graisse


Publié le 24 juillet 2014

L’origine de cette idée reçue vient de la notion que les glucides se convertissent en graisse, particulièrement les glucides qui ne sont pas utilisés comme énergie. La conversion des glucides en graisse est un processus appelé  lipogenèse qui n’apparait pas aussi rapidement que l’on peut croire. Pour que cela arrive, il faudrait que les réserves de glycogène de l’organisme soient saturées et qu’une consommation de 700-900 g de glucides s’y ajoute plusieurs jours de suite pour que cette lipogenèse se déclenche.

Une étude récente a fini de casser ce mythe en comparant un groupe consommant la majorité de ses glucides en soirée et un autre groupe consommant ses glucides tout au long de la journée. Les 2 groupes étaient en déficit calorique et la conclusion de cette étude a révélé que le groupe qui avait l’habitude de consommer ses glucides en soirée a perdu plus de masse graisseuse et a maintenu plus de masse musculaire que le groupe à répartition uniforme. L’explication logique est que le groupe des glucides en soirée a maintenu un plus haut niveau de leptine que l’autre. La leptine est l’hormone qui est synthétisée par les glucides et qui est connue pour prévenir le cerveau des réserves d’énergie. De plus elle a un impact important sur d’autres hormones telles que l’hormone thyroïdienne (responsable du métabolisme) et la testostérone (cruciale pour la croissance musculaire).

Ce qu’il faut en conclure c’est que le timing des macronutriments est moins important que l’apport calorique total lorsque l’on parle de perte de graisse. Beaucoup pensent qu’il faut contrôler l’apport en glucides à la nuit tombée pour amorcer la perte de graisse. Cependant, cette perte n’est réellement effective que lorsqu’elle signifie déficit calorique général et non l’élimination des glucides à des heures spécifiques.

Du moment que votre apport en glucides n’est pas surpassé, pas la peine de s’inquiéter.