Service client
01 47 01 25 25
Livraison gratuite en 24h
si commande passée avant 16h
+ de 100 000 clients satisfaits
chaque année
MENU
1 549 références / 65 907 produits en stock
Mon panier 0
  • Votre panier est vide.
Ma recherche
Culture

Les athlètes olympiques vivent 7 années de plus


Publié le 21 avril 2016

L’INSEP vient de sortir une étude sur la longévité des athlètes olympiques.

Cette étude réalisé par l’équipe de Juliana Antero-Jacquemin s’est appuyée sur les données de santé de 2 814 sportifs de haut niveau ayant représenté la France aux Jeux Olympiques entre 1912 et 2012.

Cette analyse montre que les athlètes vivent en moyenne 7 ans de plus que la population globale. Sur ce gain de longévité, environ 2 années seraient gagnées grâce à un risque réduit de maladies cardiovasculaires. Les 5 autres années seraient gagnées grâce à un risque peu élevé de développer un cancer ou d’autres pathologies.

 

 

Mortalité réduite de moitié

Cette protection contre les infarctus, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et les cancers conférée par la pratique d’une activité physique intense a déjà été mise en évidence par l’équipe de Juliana Antero-Jacquemin. En mars 2015, elle indiquait que les sportifs de très haut niveau gagnaient environ 6 années de vie. Pour ces travaux, ils s’étaient intéressés aux causes de mortalité des athlètes ayant participé au JO entre 1948 et 2010.

Ils avaient alors montré que les deux principales causes de décès des Olympiennes sont les cancers et les maladies cardiovasculaires, soit les mêmes causes que celles retrouvées dans la population générale.

La situation semble différente pour leurs homologues masculins. Les risques de mourir de causes cardiovasculaires ou par cancer sont réduits de 45% par rapport aux hommes de la population globale. Le risque de maladies du système digestif, de pathologies endocriniennes et métaboliques, du système respiratoire ainsi que les troubles mentaux est aussi très bas par rapport aux hommes sédentaires.