Service client
01 47 01 25 25
Livraison gratuite en 24h
si commande passée avant 16h
+ de 100 000 clients satisfaits
chaque année
MENU
1 525 références / 70 152 produits en stock
Mon panier 0
  • Votre panier est vide.
Ma recherche
bon à savoir

La joie de la course : pourquoi courir rend heureux


Publié le 24 septembre 2015

 

Le sentiment de bien-être, de liberté et l'énergie que les coureurs expérimentent n'est pas seulement du aux endorphines. Une étude de L'University of Montreal Hospital Research Centre montre que ce phénomène est aussi causé par la dopamine, un neurotransmetteur qui active la motivation.

 

Man running while listening to music

 

"Nous avons découvert que l'effet gratifiant de l'endurance est modulée par la leptine, une hormone clé du métabolisme. La leptine inhibe l'activité physique via les neurones de dopamine dans le cerveau." Explicite Stéphane Fulton, une chercheuse de L'Unviersity of Montreal Hospital Research Centre. En effet, il y a des récepteurs de la leptine sur les neurones dopaminergiques et lorsque la leptine se lie à ces récepteurs, une réaction bio chimique s'enclenche, empêchant la libération imminente de dopamine. La leptine empêche donc l'activation du neurotransmetteur de la motivation qu'est la dopamine. 

 

Sécrétée par le tissu adipeux, la leptine aide à contrôler le sentiment de satiété. Plus vous aurez de leptine, moins vous aurez un appétit élevé. Cette hormone influence aussi l'activité physique. Cette hormone joue un rôle crucial dans la motivation pour courir car liée à la recherche de nourriture. Plus elle sera basse, plus vous serez motivé. Lorsque la nourriture se fait rare et que l'on a faim, la course (chasse) est une nécessité. 

 

Les signaux hormonaux qui modulent la faim et l'exercice sont apparemment très liés. La capacité d'endurance chez les mammifères et particulièrement les humains a évolué afin de maximiser les chances de trouver de la nourriture. La leptine régule la balance énergétique et encourage l'idée de récompense pour le métabolisme : s'engager dans une activité physique afin de trouver de la nourriture.

 

Plus les taux de leptine sont bas, plus la performance sera élevée. Cette molécule est aussi impliquée dans le sentiment d'accomplissement lorsque l'on pratique une activité physique. Des faibles taux de leptine augmentent la motivation pour faire du sport, rendant plus accessible ce "bien-être du coureur".

 

Source : www.sciencedaily.com/releases