Service client
01 47 01 25 25
Livraison gratuite en 24h
si commande passée avant 16h
+ de 100 000 clients satisfaits
chaque année
MENU
1 525 références / 69 442 produits en stock
Mon panier 0
  • Votre panier est vide.
Ma recherche
bon à savoir

Garder sa masse musculaire grâce à des exercices mentaux ?


Publié le 27 mai 2015

 

Lorsque vous voulez conserver de la masse musculaire, il est évident qu'il est préférable d'aller en salle de sport.

 

Néanmoins, une nouvelle recherche révèle que notre cerveau est encore plus étonnant que nous le pensions. Mais quel rapport avec la musculation ? Les scientifiques ont établi une relation entre les exercices mentaux et la rétention du muscle.

 

 

Une étude de L'Ohio University a étudié des patients dont le poignet était immobilisé pendant 4 semaines. Sur 44 individus au total, 29 ont été plâtrés au poignet. Dans ce groupe de 29 plâtrés, 14 ont du exécuter des exercices mentaux en imaginant contracter les muscles de leur poignet de manière intense et ce plusieurs fois par jour. Les 15 restants étaient libres de leurs gestes. Les autres participants jouaient le rôle de référence pour l'étude.

 

maintain-muscles-brain

 

 

Au bout des 4 semaines, tous les individus plâtrés avaient bien entendu perdu de la force par rapport au groupe de référence mais le groupe qui a effectué des exercices mentaux n'a perdu que 24% de force ! Les 15 autres non contraints d'effectuer des exercices mentaux ont perdu environ 45%.

 

 

Cette découverte pourrait aider dans plusieurs domaines dont la réhabilitation. Les patients qui sont immobilisés pourraient grandement bénéficier de ce genre de thérapies. Les exercices mentaux favoriseraient donc une récupération accélérée des capacités musculaires.

 

 

Il est important de garder à l'esprit que ces exercices mentaux ne construisent évidemment pas de masse musculaire. Ces activités cognitivo-corporelles sont étudiées depuis peu et leurs bénéfices restent à démontrer. Cependant, c'est une découverte encourageante et utile pour tout personne en convalescence.

 

Source : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25274345